Sélectionner une page

N'oubliez pas de rejoindre le club d'entrepreneurs qui permet d'éviter de perdre du temps et de l'argent.

Carlos Diaz, le serial entrepreneur français installé dans la Silicon Valley depuis 7 ans, donne son point de vue sur le développement des start-up au niveau mondial.

Qui est Carlos Diaz ?

Identifié par les entrepreneurs comme une figure française de la Silicon Valley, il a participé au mouvement des « pigeons » en 2012.

Co-fondateur de Kwarter (2011), de BlueKiwi Software (2006) et  du groupe Reflect Web de l’Agence (1996), il est aujourd’hui à la tête de « The Refiners », un programme d’accélération pour les start-up souhaitant élargir leur réseau au niveau mondial.

Pourquoi passer par la Silicon Valley ?

Carlos Diaz a un avis très tranché sur la question, et comme à son habitude, illustre ses propos par des images explicites.

« Si tu cours le même Marathon qu’un athlète doté de 2 fusées au postérieur, il arrivera premier ! »

Autrement dit, si on a une bonne idée, il faut la développer au plus vite, avant qu’un concurrent armé ne prenne le marché. San Francisco est l’endroit stratégique pour développer les SaaS et le Software !

L’avis de Carlos Diaz sur la levée de fonds

En France, l’argent reste tabou, par conséquent, beaucoup d’entreprises sont encore frileuses à l’idée d’intégrer des investisseurs dans leur capital. Si notre ambition est locale, on peut se contenter de l’argent des clients, mais si notre ambition est internationale, il faut « du carburant ».

Carlos compare les investisseurs à notre belle-mère :

« Avoir un investisseur dans ton entreprise, c’est comme avoir ta belle-mère chez toi !  Elle veut ton bien, elle fait partie de ta famille…mais c’est une contrainte de vivre avec elle ! Mais ta belle-mère n’est pas sensée rester, comme l’investisseur ! »

The Refinders, qu’est-ce que c’est ?

« Il faut penser global dès le départ. Et pour ça, il n’y a qu’une seule solution quand on est une entreprise numérique : avoir son centre de gravité dans la Silicon Valley », estime Carlos Diaz.

L’accélérateur prend 3 à 7 % du capital, en échange d’un chèque de 50.000 à 100.000 dollars pour aider à démarrer. Un modèle qui prend en compte « le fossé culturel, un élément trop souvent négligé », explique Carlos.

The Refinders a reçu 912 dirigeants de start-up en un an et en a sélectionné 25. Les candidats ont déjà développé leur équipe en Europe et ont fourni une preuve de la réussite du concept.

Que pense Carlos Diaz de Markeet ?

On rappelle que Markeet est un outil qui analyse le comportement des visiteurs de votre site internet pour leur proposer la bonne offre au bon moment.

Markeet a fait le choix de ne pas lever de fonds pour le moment, ce qui n’est pas du goût de Carlos qui, une fois de plus parle avec des images concrètes : «  Ca dépend où tu veux aller, si tu veux rester à Paris ou si tu veux conquérir la lune ! »

Il nous propose d’étudier notre produit, et à demi-mots, il nous pousse vers l’autre côté de l’Atlantique…

Avez-vous aimé cet article ?

Mettez-lui une note ici :

Note moyenne / 5. Nombre de votes:

X